Dyablès est un roman fantastique en créole. Un roman en créole est l’occasion de faire vivre la langue et d’en faire découvrir la richesse. Mais il y a bien d’autres raisons de lire Dyablès. Avant de lire « Channda », la suite de la série, en voici trois parmi tant d’autres que j’ai glanées auprès de mes lectrices et lecteurs.

1. Vous ne regarderez plus la Guadeloupe comme avant

J’ai toujours voulu savoir ce que pouvait ressentir un New-yorkais en voyant sa ville dans un film comme King-Kong, ou Superman. Comme dans cette scene où l’Arraignée dépose Mary-Jane sur le toit du Rockefeller Center:

Quel effet cela fait de voir un endroit qu’on connait dans un film ? Ou de le voir décrit dans un livre ? Dyablès se déroulant dans la Guadeloupe d’aujourd’hui, le roman invite à prendre le temps de regarder ces lieux que nous habitons. Celles et ceux qui ont lu ce roman fantastique ne passent plus à Bouillante, à Pointe d’Or ou à Lauricisque sans un regard complètement changé sur ces lieux.

2. Vous y reconnaitrez des personnes

Dyablès est une fiction. Pourtant bon nombre de lecteurs me demandent, à ma plus grande stupéfaction si je ne connais pas telle ou telle personne de leur entourage tant ils ont l’impression de les retrouver dans un des personnages du roman.
La façon dont les personnages sont construits, leurs attitudes et surtout leur façon de s’exprimer résonnent avec beaucoup de justesse, semble-t-il, avec l’idée que les lecteurs se font des guadeloupéens.

3. Une histoire palpitante de suspense

Rien n’aurait pu me faire plus plaisir que d’entendre une lectrice m’expliquer comment chapitre après chapitre, elle n’avait qu’une hâte c’est de connaitre la suite de l’histoire de Klòd. Certains y ont a passé la nuit. Une autre, devant tant de suspense devait régulièrement fermer l’ouvrage pour ne pas être submergée par l’émotion.

Pour vous aussi vous plonger dans Dyablès, achetez le roman dans la boutique en ligne et recevez-le directement chez vous.

Dans le podcast

J’ai parlé de ces trois raisons, en créole, dans un épisode du podcast. Vous pouvez l’écouter ici :