Durant le mois d’octobre, j’étais en Guadeloupe pour vous faire découvrir « Channda », la suite de la série fantastique en créole « Dyablès ».

Le Local, à Basse-Terre

Mon premier rendez-vous a été au Local, la charmante boutique de Sandrine Durizot à quelques pas du champ d’Arbaud. La rencontre a eu lieu en soirée et c’était l’opportunité d’une rencontre intimiste et conviviale avec le public du Sud Basse-Terre.
J’ai été touché par les remerciements des lectrices et lecteurs de la première heure, de mettre en scène la Cote-sous-le-Vent, et au delà, la région Basse-terrienne à l’honneur dans mon roman.

Merci à l’Adcodela !

L’Association pour la Connaissance de la Littérature Antillaise existe depuis 1988 et j’ai pu, pour la seconde fois, en rencontrer les membres. En plus de donner un bref aperçu de Channda aux présents, nous avons évoqué la situation du créole, ainsi que les enjeux dont elle fait l’objet.
J’ai fait la connaissance d’une jeune et discrète lectrice de 19 ans et, si ce n’était l’indiscrétion de sa mère, je ne me serais pas douté que la lecture de Dyablès l’avait tant marquée.

Merci à Dory, Yémouna et Sindra !

Dory & Yémouna

La nouvelle équipe de la Librairie Générale, a poussé les tables et les chaises pour me permettre de présenter de présenter le nouvel opus de ma série fantastique. Sindra s’est particulièrement engagée pour que la rencontre soit réussie et, grace à la participation de Dory et Yémouna qui ont lu des extraits, le public a pu entendre différente façon de faire vivre le créole de Dyablès et Channda.
Je suis particulièrement fièr de m’être associé à cette jeune équipe qui, tout comme moi, se sent dépositaire d’un patrimoine et veut le faire vivre.

Merci à l’Awarak !

La rencontre à l’Arawak a clôturé mon séjour en Guadeloupe. C’est lors de cette dernière que j’ai revu des participants aux slams sessions. En compagnie de Dory, nous avons évoqué ces années, cruciales pour notre écriture et notre rencontre avec le public. Les témoignages, très touchant, m’ont rappelé comment le créole est important. En effet, une des personnes présente a indiqué comment le roman ne l’intéressait pas du tout, avant d’en découvrir l’intérêt avec Dyablès.

J’ai hâte d’avoir vos impressions sur Channda et d’en discuter avec vous. Les premiers retours que j’ai eu (certaines lectrices l’ont avalé en moins d’une semaine) sont de bonne augure !