Les tenants du mouvement de la créolité, reprochaient à la Négritude d’entretenir une illusion. « Celle de livrer une bataille sur le fond contre une domination qu’il alimenterait en réalité par sa complicité avec la langue du dominant. »