Depuis quelques temps, la question de savoir si il convient de se décrire créole ou non, particulièrement pour les descendants d’esclaves revient sur le devant de la scène. Voici mon point de vue.