Je sais tu vas me dire, que tu as déjà écouté, que tu connais déjà. Mais permets-moi d’insister. Car quand tu as sous la main des oeuvres comme les textes de cette grande dame qu’est Jocelyne Béroard, ça serait dommage de ne pas s’appuyer dessus. Je te préviens tout de suite qu’on va éviter les clichés sexistes du style “elle connait le coeur des femmes”, “une écriture féminine” et autres billevesées (oui, oui c’est un mot qui existe). Je parle simplement de la qualité de son écriture.

Première observation, la narration. Jocelyne Beroard arrive à te raconter quelque chose, te mettre dans un état d’esprit en une demi-strophe :

Anba Chenn-la

 

“Soti di kabann
Man maché anlè on pinèz
Ki tonbé di foto nonm-lan
Man pa ni nouvèl
Dépi dé simenn”
(Mové Jou)

On n’est pas encore au refrain mais on a déja une situation initiale, un incident, et un background. C’est pas formidable ?

Par ailleurs, Madame Béroard n’a pas son pareil pour la métaphore.
Par exemple, dans “Chawa”, elle écrit :

“Dépi tan
Dépi tan mwen ka sinyalizé
Fé détrès pou asistans
“Appel de phare”, baké mwen dan bra-w”

A ce stade, ce n’est pas une métaphore, c’est une allégorie. Mais elle continue :

“Mwen kontan
Mwen kontan jodi-a ou frenné
Ay, kyè mwen o ralanti
Pasé prèmyè-w mi sa woupati”

ainsi de suite, pendant encore un autre couplet. Là, ce n’est plus une allégorie, c’est une métaphore filée !

Mais ce n’est pas tout. Jocelyne Béroard a saisi, le goût pour l’hyperbole qui est inhérent à la langue créole. Ainsi quand, dans “Sa ki tala”, elle écrit :
Siwo

“Man dakò
Ba sewvolan fil pou-y pé monté
Séré dèyè niyaj
Pran zwèl épi lalin
Dansé anlè zétwal é
Volé
Volé”

Déjà la, il y a métaphore filée, métonymie, et hyperbole ! Et juste après, elle retourne la situation avec une antithèse :

“Men lè-w doubout douvan mwen
Lè ou ka maché bò mwen
Souplé, jenné-w tibwen
Jenné-w tibwen”

C’est balèze. Je sais que c’est difficile de se hisser jusqu’à ce niveau. Moi-même je me bats. Mais s’il te plaît, auteur de zouk… jenné-w ti bwen !

Et vous, quel est votre morceau préféré de Jocelyne Béroard ?


Tags: , , , , , , , , ,

12 Responses to “Toi, auteur de zouk, écoute Jocelyne Béroard”

  1. Eds. 11 septembre 2013 at 15 h 31 min #

    Kay Manman & Soley

    • lollia 15 septembre 2013 at 12 h 40 min #

      sa ki tà là

  2. pPat 11 septembre 2013 at 15 h 41 min #

    Spontanément : “ké sa lévé”
    D’abord pour l’interprétation, même si ce n’est pas le sujet de billet. Et pour les métaphores, pour la personnification du soleil et du vent.

    Pour la description de la scène, des ambiances, j’aime aussi “Jilo mayé”, “Kay maman” ou “Milans”.

    Pat

    • Dieudonné 14 septembre 2013 at 7 h 49 min #

      Mi tché mwen

  3. Geneviève 12 septembre 2013 at 3 h 16 min #

    un autre modèle d’émotion pure et brutale avec moyens minimalistement puissants, en trois coups de cuiller à pot… :

    Tout moun ka di Jojo méchan,
    tout moun ka di Jojo bouro
    Jojo té on marin péchè
    Jojo pati an gran lanmè
    Tou pandan i an lanmè
    Ni on bitin ki pran Jojo
    Jojo rantré an kaz a’y
    Touvé on nonm épi fanm a’y
    Tchoué nonm la tchouyé fanm la
    On fanm ansent té ka pasé
    Sé lémosyon ki fè zafè 4 mô….

    sa ka ban mwen frissons tou bolman

    • Katy ALYZEE 16 septembre 2013 at 0 h 03 min #

      Belle analyse de texte, moi, j’aime beaucoup de titres de Jocelyne, mais je citerai “Mi tchè mwen “.

  4. Manue 14 septembre 2013 at 0 h 06 min #

    Perso : SOLEY me touche beaucoup
    Soley ki ka chofé, es ou pé cléré tchè a moun ki mové, tchè a moun ki pa janmin inmin dan vi a yo…..
    trop peu connue à mon goût celle-ci….

  5. Suzanne Pulchérie NNOMO ELA 14 septembre 2013 at 1 h 36 min #

    Moi , c’est indubitablement SIWO que j’interprète dès que je peux… depuis que j’ai 15 ans, âge , que j’avais lors de la sortie de l’album. j’ai aujourd’ui 40 ans et on m’appelle encore Siwo ou Kassav, et j’en suis fière car lors des années lycée, j’ai gagné plusieurs prix en interpretant avec succès les chansons de Kassav. Mon rêve à toujours été de chanter une chanson de Jocelyne devant elle. Transmettez lui le message SVP, car je continue de rêver. Elle est douss ckon siwo…ma STAR!

  6. MARCUS 14 septembre 2013 at 1 h 59 min #

    le meilleur pour moi (bien que tous ses morceaux ont un sens ) le best c vini céré sa donne des frissons .

  7. GUYLENE 14 septembre 2013 at 13 h 37 min #

    si nou té pran tan pou nous té kozé
    kolé séré
    nou té ké ka dansé
    si nou té pran tan pou nou té palé
    kolé séré nou té ké ka dansé……..

    c’est une belle leçon de de vie !!!!

  8. Lourenço António 14 septembre 2013 at 15 h 24 min #

    Sa Ki Ta La

  9. Laupeze Alex 28 novembre 2013 at 14 h 52 min #

    Beaucoup de personnes ont déjà donné des titres de Jocelyne que j’adore. Mais je vous invite tous à lire et même écouter la chanson avec un texte merveilleux qu’elle a écrit pour l’album solo de Jacob Desvarieux/ I ja lè (an chan kann la) :
    http://www.apapawolanle.com/galaxykassav/jacobfrancoisdesvarieux_ijale.txt

Leave a Reply